Rechercher

BP9 – La gestion agile dans la construction

La gestion de projets de construction est un terme qui en englobe beaucoup d’autres tel que la gestion de crise, la gestion du risque, la gestion des coûts, la gestion de l’échéancier et j’en passe. Elle peut également être définit par la méthode de gestion utilisée, comme par exemple la méthode de gestion agile qui sera le sujet de ce présent article.


Mais qu’est-ce que la gestion agile? Pour le savoir, revenons à sa création. La méthode agile a été créée en 2001 par dix-sept acteurs de l’industrie du développement d’applications informatiques (TI) qui se rendaient compte que les dépassements d’échéancier et de coûts menaient à l’échec plusieurs de leurs projets. Lors de leurs réflexions, ils ont réalisé que le domaine technologique évoluait à une vitesse ahurissante et que la méthode traditionnelle, qui se résume en trois grandes étapes, soit la définition des besoins du client, le développement du produit et la livraison, ne fonctionnait plus, car leur nouvelle réalité faisait face constamment à de nouvelles données technologiques.


De nouvelles composantes pouvaient émerger en tout temps et changer complètement la planification initiale. Ces dix-sept experts ont donc élaboré une méthode basée sur 12 principes qui ont été transposés dans le Manifeste pour le développement agile de logiciels. Voici quelques-uns de ces 12 principes : Réaliser plusieurs livraisons de systèmes fonctionnelles; Réfléchir périodiquement à des manières d’être plus efficace; Accueillir et valoriser les changements dans le processus; Prioriser la satisfaction du client; Travailler quotidiennement avec tous les intervenants du projet; Porter une attention particulière à la qualité technique des livrables.


Aujourd'hui, la méthode Agile est de plus en plus répandue dans tous secteurs confondus car elle s’adapte à de nombreux types de projets. Elle se définit en résumé par un type de gestion qui place les besoins du client au centre des priorités du projet.


Cela est un bon défi dans le domaine de la construction, mais pas impossible à relever. Comparativement au domaine de l’informatique, où il est toujours possible d’apporter des changements relativement majeurs jusqu’à la toute fin du projet, il est plus difficile de s’y soumettre en construction.


La méthode agile, qui promouvoit grandement l’apport de changement en tout temps pour améliorer la qualité du livrable, inclut l’idée de minimiser la période de planification dans le processus. Dans le monde de la construction, tout le monde sait qu’une modification en chantier coûte beaucoup plus cher que si le changement aurait eu lieu pendant la période de conception. C’est pour cette raison que, pour utiliser la gestion agile dans la construction, les 12 principes doivent être adaptés à notre réalité.


Prenons l’exemple d’une entreprise américaine dénommé Centrus Energy Corp. En adaptant chacun des 12 principes du Manifeste agile au domaine de la construction, Centrus a réalisé un projet de 350 millions de dollars US dans les temps et en dessous du budget initial. Glenn Straçusser, directeur en assurance qualité chez Centrus, a fait la « traduction» des 12 principes ainsi:

1- Devancer les livraisons en exécutant des tests et rendant opérationnel les systèmes (diviser le projet en plusieurs petits projets permettant que chacun d’entre eux soit plus gérables et ainsi éviter l’improvisation sur les chantiers);

2- Focaliser sur les livraisons à valeur ajouté;

3- Focaliser sur livrer des systèmes fonctionnels plutôt que de simplement livrer le produit;

4- Encourager le travail d’équipe et éviter le plus possible le travail en silo;

5- Promouvoir le travail d’équipe dans le but de trouver des solutions rapidement. Dans la phase de construction, cette approche diminue grandement le temps de réponse aux questions posées en chantier. Elle permet également une transmission plus rapide de l’information aux personnes qui doivent prendre les décisions. ;

6- Transférer le plus possible l’information concernant l’avancement du projet à travers des rencontres et non pas par le biais de rapports envoyés par courriels.;

7- Gérer les ressources et ainsi s’assurer d’avoir toujours les équipes nécessaires pour mener à bon terme les tâches que chaque équipe doit réaliser;

8- Optimiser la qualité du concept, dessins et spécifications pour éviter tout délai dans l’implantation de la solution;

9- Simplifier le plus possible le concept pour être en mesure de répondre rapidement aux questions qui proviendront du chantier;

10- Identifier rapidement la source des problèmes et délais et trouver des solutions à l’aide de rencontres périodiques axées sur ces points en particulier;

11- Encourager les propositions de changement pour le bien être du projet et ouvrir la porte à l’amélioration continue;

12- Focaliser sur l’entière satisfaction du client.


Centrus est donc la preuve que la gestion agile peut être un gage de succès pour un projet, mais oseriez-vous l’appliquer?


Il ne faut toutefois pas mettre de côté la méthode traditionnelle, aussi appelé méthode en cascades, qui elle est essentielle dans le domaine de la construction, car l’érection d’un bâtiment, par exemple, nécessite impérativement qu’une étape soit réalisée avant l’autre. Il est impossible de construire le dernier étage si le rez-de-chaussée n’est pas complété. Cependant, la méthode en cascades, ne laisse pas de place à l’imprévu et il faut souvent gérer de nouvelles crises ponctuellement. Il n’est pas s’en dire que peu importe le temps investi en planification, il y a des risques de changements en tout temps et pour cette raison, il faudrait toujours laisser place à l’agilité.


À notre avis, la meilleure solution est une solution hybride, une méthode qui incorpore majoritairement la gestion agile, mais sans ignorer les tâches qui doivent absolument se réaliser par la méthode cascade. Pour que la gestion agile fonctionne, il faut adopter l’état d’esprit d’agilité, c’est-à-dire, avoir l’esprit ouvert et changer sa mentalité pour le bien du projet. Noté que la gestion agile est une méthode éprouvée qui fait même partie du PMBok. Il faut simplement, avant d’entamer un projet avec cette méthode, se fixer des barèmes de performance pour s’assurer que tout va comme sur des roulettes!


13 vues0 commentaire