Rechercher

BP7 – Le gestionnaire en gestion de crise


Le COVID-19, le Coronavirus. Ça doit, probablement, être les deux mots les plus prononcés ces derniers jours. Cela a déclenché une crise mondiale qui met à l’épreuve nos entreprises, nos gouvernements, nos dirigeants et nos leaders et les met tous en mode de gestion de crise. Dans une telle situation, il est important de se remettre en question, particulièrement lorsque nous sommes dans le rôle de gestionnaire et qu’une équipe repose sur nous. La présente chronique traite de quelques bons coups que nous, gestionnaires, devrions garder en tête en cette période très mouvementée.


En mode gestion de crise, il faut évidemment se faire un « plan de match ». Mylène Beaudoin, présidente de la compagnie Mylène Beaudoin - Ventes, Marketing, Stratégie, propose «7 étapes pour gérer une crise ». Ces étapes sont, bien sûr, d’ordre générale et doivent être adaptées à la structure et modèle de chaque entreprise. La première étape serait, comme dans n’importe quel type de gestion, celle de la planification. En période de crise, cela doit se faire rapidement, mais il ne faut surtout pas passer par-dessus. Il est primordial de déterminer les objectifs et les résultats que l’on veut atteindre.


Les étapes suivantes peuvent se résumer en quelques mots : posséder une bonne communication. Donc, identifier un porte-parole, être honnête, garder ses employés, clients et fournisseurs informés sont tous des étapes à ne pas négliger. De plus, il est important de faire un suivi rigoureux afin de démontrer que la situation continue d’être prise en charge. Il n’est pas nouveau que la communication est une qualité que devrait avoir tout gestionnaire et plus particulièrement en mode gestion de crise.


Nous avons également trouvé très intéressant un article publié dans le journal La Presse qui propose 10 commandements aux gestionnaires qui doivent gérer une telle situation. L’un de ces commandements est de faire confiance en son équipe. Chaque membre de celui-ci possède leurs forces et leurs faiblesses, en temps de crise, c’est un bon moment pour faire ressortir ces derniers afin que l’équipe puisse sortir gagnante de cette situation contraignante. Il ne faut pas avoir peur de déléguer et de laisser à chacun leur place dans leur champ d’expertise.

Un autre commandement important pour le gestionnaire serait de rester calme. Tout le monde s’attend à ce qu’un leader donne le bon exemple et en période de crise, c’est le meilleur moment pour le prouver. Garder son calme ne fera qu’inciter ses collègues à en faire de même. Le but premier en gestion de crise est d’assurer la sécurité et la santé des individus. Puisque nous mettons tout en œuvre pour cela, en tant que chef d’équipe, nous nous devons de montrer l’exemple et d’aider nos collègues à en faire de même dans une situation peu rassurante.


Outre d’implanter des actions pour favoriser la distanciation sociale dans le cas de la crise du COVID-19, une autre façon d’aider ses collègues serait d’être sensible. Il ne faut pas oublier qu’un leader est une source d’information, une référence. Ils n’ont pas toujours les réponses, mais pour conserver la confiance de son équipe, un gestionnaire doit faire preuve de beaucoup d’écoute et comprendre que chaque individu réagit différemment face à une crise. Une personne devra peut-être être plus rassurer qu’un autre ou nécessiter plus de support qu’un autre. L’important est de ne pas oublier son équipe et ne pas oublier leur individualité. À notre avis, il est donc de mise de dire que la meilleure façon de le faire est de mettre de l’avant une caractéristique clé d’un bon gestionnaire : la communication.

Cette dernière est le mot d’ordre dans le domaine de la gestion peu importe la spécialité ou la situation. Dans le contexte actuel et selon La Presse, une bonne communication passe, entre autres, par dire la vérité. La meilleure façon de perdre la confiance de son équipe est de ne pas être transparent avec elle, car à la vitesse avec laquelle l’information circule, ils finiront par l’apprendre tôt ou tard.


Aussi, il ne faut pas oublier qu’une bonne communication nécessite une bonne écoute. Il ne faut pas s’isoler ni isoler les dirigeants qui prennent les décisions au sein d’une entreprise. Les employés sur le terrain sont d’excellentes ressources et peuvent apporter d’excellentes idées, pistes de solutions ou de l’informations pertinentes pour aider à prendre des décisions éclairées et optimales. Un article rédigé par Alexandre Girard, associé de la firme Aviseo Conseil, mentionne que des « études montrent que les entreprises qui ont le mieux réussi à traverser une récession ont appliqué le principe de subsidiarité ; c’est à dire la prise de décision au plus près du terrain, là où l’analyse des choix à faire est la mieux informée » (1).


Dans un autre ordre d’idée, un gestionnaire ne devrait pas avoir peur de changer d’idée. Dans un contexte où l’actualité change en quelques heures seulement, il faut savoir s’adapter, être proactif et être ouvert à tout changement. Cela vaut pour les gestionnaires et leurs équipes qui eux aussi doivent faire preuve de flexibilité.

Il ne faut surtout pas négliger le côté financier non plus. Tout gestionnaire, appuyé par son équipe évidemment, doit faire son possible pour préserver l’encaisse sans toutefois oublier les priorités qui sont de préserver la santé et la sécurité de tous.

Bref, en période de crise, l’élément déclencheur est impossible à modifier et nous ne pouvons revenir en arrière. Alors pourquoi ne pas faire son possible pour tirer profit d’une telle situation sans l’envenimer ni faire de mal aux autres? Pourquoi ne pas profiter du fait que tous les membres d’une équipe apportent déjà des changements dans leur mode de vie pour en incorporer d’autres qui pourraient être tout aussi positifs? Par exemple, le télétravail qui est d’ailleurs un sujet très d’actualité en ce moment.




Notes :

1. Girard, Alexandre, (19 mars 2020), « Piloter l’entreprise dans une économie coronavirale». Linkedin, Consulté le 22 mars 2020. https://www.linkedin.com/pulse/piloter-lentreprise-dans-une-%C3%A9conomie-coronavirale-alexandre-girard/


Autres références bibliographiques :

Codère, Jean-François, (20 mars 2020). «Gestion de crise: les 10 commandements du gestionnaire». La Presse , sur le site La Presse, Consulté le 22 mars 2020. https://www.lapresse.ca/affaires/entreprises/202003/20/01-5265780-gestion-de-crise-les-10-commandements-du-gestionnaire.php

Deloitte. « Une préoccupation constante. Une approche différente de la gestion de crise». Consulté le 22 mars 2020. https://www2.deloitte.com/ca/fr/pages/risk/articles/gestion-crise-preoccupation-constante.html

Beaudoin, Mylène, (28 avril 2019). « 7 étapes de la gestion de crise! ». Consulté le 22 mars 2020. http://mylenebeaudoin.com/gestion-de-crise/




22 vues0 commentaire