Rechercher

BP32 – Les Grands projets

Que nous soyons directement impliqués ou non dans le domaine de la construction, il trouve toujours un moyen de nous impacter. Les travaux majeurs des dernières années et la présence d’innombrables cônes oranges en sont la preuve. Toutefois, cette situation est loin d’être terminée puisque plusieurs projets de grande envergure sont en préparation et la première pelletée de terre n’est pas bien loin. Voyons voir un peu plus en détail certains de ces projets qui sont très médiatisés : Le prolongement de la ligne bleue, la déconstruction de l’ancien pont Champlain et la réfection du Pont-tunnel Louis-Hippolyte-Lafontaine.


Le prolongement de la ligne Bleue


Le prolongement de la ligne bleue est un projet dont nous parlons depuis déjà plusieurs années. Plus le projet se concrétise, plus nous en savons sur celui-ci. Cinq nouvelles stations, qui mèneront à construire un nouveau tunnel d’environ 5,8 kilomètres, s’ajouteront à l’actuelle ligne bleue, desservant ainsi la population montréalaise située un peu plus vers l’est de la Ville. En plus des cinq stations, le projet construira :

  • Deux nouveaux terminus d’autobus;

  • Un stationnement de 1200 places;

  • Une connexion souterraine pour rejoindre le nouveau SRB sur la rue Pie-IX;

  • Six structures connexes nécessaires pour les équipements d’exploitation;

  • Un poste de district;

  • Un garage de métro;

  • Un centre d’attachement hébergeant des véhicules d’entretien des voies;

  • Un centre de service pour l’entretien des infrastructures.

Échéancier 

Au printemps dernier, le début des travaux préparatoires était prévu pour le printemps 2020 en prévision d’un début de la construction majeure en 2021. Selon cette planification, la fin des travaux aurait eu lieu au courant de l’année 2026, soit des travaux d’une durée d’environ 5 ans. Toutefois, en date d’aujourd’hui le projet accuse déjà un certain retard pour des raisons de contestation d’avis d’expropriation nécessaire pour la réalisation du projet.


Coûts : Les coûts des travaux a été estimé à 3,9 milliards de dollars pour la totalité du projet.


Ce projet en est un très médiatisé. Sa grande importance pour les citoyens, les ressources financières nécessaires et son potentiel de modifier le quotidien des montréalais sont tous des caractéristiques qui mettent ce projet en avant plan.


La déconstruction de l’ancien pont Champlain


Un projet dont nous entendons parler depuis plusieurs années et pour plusieurs années encore est celui du pont Champlain. Le nouveau pont inauguré l’année dernière n’est pas synonyme d’une fin de projet. Au contraire. La fin de la construction a marqué le début d’un autre projet : celui de la déconstruction de l’ancien pont, qui est un projet d’envergure en soi. Il nécessite la construction de structure, des nouvelles jetées par exemple, pour permettre la déconstruction.

Échéancier

À l’heure actuelle, voici l’échéancier qui est avancé :

  • Livraison du nouveau pont Champlain : été 2019;

  • Début des travaux de déconstruction : été 2020;

  • Fin des travaux de déconstruction et des projets connexes compensatoires : 2024.

L’inauguration du nouveau pont a eu lieu en juin 2019 (six mois en retard selon les médias) et le début de la déconstruction en août 2020.

Coût : Le coût de construction du nouveau pont s’élève à approximativement 4 milliards de dollars et à cela s’ajoute les coûts de déconstruction de 225,7 millions de dollars.

Il est important de faire la distinction entre démolition et déconstruction. Pour des questions environnementales, il a été choisi d’opter pour une déconstruction, soit démanteler pièce par pièce, au lieu de dynamiter. Un autre point intéressant à savoir : les premiers morceaux déconstruits ont été envoyé à une équipe de recherche et développement dans le but de déterminer la cause de la détérioration prématurée de l’ancien pont.

Le projet tourne autour de 5 principaux axes, tel que mentionné sur le site internet de la société d’état en charge du projet :

  • La protection de l’environnement  : S’assurer que les méthodes de déconstruction identifiées en 2013 sont toujours d’actualité;

  • La valorisation des matériaux : De 250 000 tonnes de béton, de 12 000 tonnes d’asphalte et de 25 000 tonnes d’acier récupéré de la déconstruction;

  • Le développement durable : Relié à l’axe de valorisation des matériaux, le projet vise également à limiter l’émission des gaz à effet de serre lors de la déconstruction;

  • La recherche et développement : 10 projets de recherches se baseront sur le projet de déconstruction dans le but de développer des techniques afin d’augmenter la durabilité de nos infrastructures;

  • L’héritage Champlain : Les 7 hectares libérés suite à la déconstruction serviront pour aménager des espaces que les citoyens pourront profiter et qui comprendront des traces de l’ancien pont Champlain :

- la berge du côté de Montréal ;

- l’Estacade du pont Champlain ;

- le site de la digue de la Voie maritime du Saint-Laurent ;

- la berge du côté de Brossard.


La réfection du Pont-tunnel Louis-Hippolyte-Lafontaine


Le pont tunnel est un des principaux axes entre Montréal et la rive-sud. D’une longueur de 1,5 km, dont un pont de 457 m de longueur, il était lors de sa construction, et l’est toujours, le plus grand tunnel sous-marin au Canada. Il était considéré à l’époque comme une des plus grandes infrastructures en béton précontraint au monde. Construit en 1967, il serait loin de sa fin de vie, mais nécessiterait plusieurs travaux de maintenance :

  • la réfection de plusieurs éléments du tunnel : les chapes de béton, les murs, la voûte, les joints et le drainage;

  • la reconstruction de la chaussée de béton de l’autoroute 25 de chacune des entrées au tunnel;

  • la modernisation des systèmes électromécaniques;

  • l’ajout de protection contre les incendies;

  • le réaménagement des tunnels de service;

  • l’ajout de nouvelles infrastructures pour l’amélioration du transport collectif.

Certains travaux d’atténuation devront être réalisés avant le début des travaux majeurs prévu en 2022 :

  • « la construction d’un nouveau stationnement incitatif de 350 cases, à l’angle du boulevard De Montarville et de l’A-20 à Boucherville;

  • l’agrandissement des stationnements incitatifs à Beloeil (ajout de 150 places) et à De Mortagne à Boucherville (ajout de 350 places);

  • la construction de cinq quais d’autobus supplémentaires à la station de métro Radisson, à Montréal;

  • et l’aménagement de tronçons de voies réservées (autobus et covoiturage) dans l’échangeur Anjou, à Montréal ».

Échéancier : La fin prévue des travaux est au courant de l’année 2024.


Coûts : Un contrat de 1,142 milliard de dollars a été octroyé il n’y a pas très longtemps.

Ce projet sera réalisé en mode de conception-construction-financement par le consortium Renouveau La Fontaine (Eurovia Infra, Pomerleau et Dodin Campenon Bernard).



En conclusion…


En plus d’être un grand défi pour les acteurs de la construction qui auront la chance de travailler sur ces projets, il en sera un également pour les citoyens. Toutefois, malgré le fait que ces projets auront beaucoup d’impacts sur notre quotidien, il faut le voir comme une évolution de notre ville. Celle-ci grandit et se transforme vers ce qu’on espère sera pour le mieux. Plus les projets sont ambitieux, plus les impacts (positifs et négatifs) le seront aussi.




4 vues0 commentaire