Rechercher

BP28 - Innovation | Exemples

Qui n’a pas déjà rêvé de révolutionner le monde? Pour cela, il faut apporter quelque chose d’unique et innovant à nos pairs. Dans le monde de la construction, plusieurs exemples de techniques, matériaux et/ou outils innovants pourraient être nommés. Certains sont connus, d’autres le sont moins et c’est pour cela que nous avons décidé de vous présenter brièvement trois d’entre elles : les méthodes de travail sans tranchées, le recyclage à froid du pavage et le BIM.


Travaux sans tranchées


Un récent article sur le site internet du Portail Constructo nous présente, pour ceux qui n’en avaient pas connaissance, l’existence de méthodes de travail reliées aux travaux civils qui n’impliquent pas la nécessité de réaliser des tranchées dans nos infrastructures. Traditionnellement, lorsque vient le temps de réaliser des travaux associés à n’importe quel réseau souterrain (égouts, aqueducs, gaz, électricité, télécom, etc.), le besoin de monopoliser un segment de route se fait sentir, procéder à la réalisation d’une tranchée en fonction de la portée des travaux pour ensuite atteindre les services à remplacer ou à modifier. Que penseriez-vous (particulièrement ceux qui subissent les répercussions des cônes orange dans la région de Montréal) si on vous dit qu’ailleurs dans le monde, une pratique est de plus en plus utilisée et qui n’implique pas la réalisation de tranchées? C’est ce que tentera de promouvoir au Québec l’organisme Technologies Sans Tranchée Québec (TSTQ).


En gros, ces nouvelles techniques sont inspirées des méthodes utilisées par l’industrie pétrolière lors des explorations pour découvrir ou exploiter des sources de pétroles. Des forages dirigés seraient donc la solution pour réaliser des travaux souterrains dans nos milieux urbains sans entraver un réseau routier. De plus, cela réduit également la gestion des matériaux d’excavation (moins de poussières et moins de transport, donc plus écologique.


Le pavage recyclé


Tout comme la TSTQ qui désire nous faire découvrir de nouvelles méthodes de construction, le Ministère du Transport (MTQ) désire également mettre son grain de sel et il le démontre en mettant en application des nouvelles pratiques dans la réhabilitation des infrastructures routières. Un projet réalisé sur la route 132 dans la région de la Montérégie est maintenant un exemple de l’utilisation de pavage recyclé. Cette nouvelle technologie de recyclage à froid consiste en la réutilisation du pavage existant en le mélangeant avec une certaine quantité de ciment et d’eau. Tout cela combiné au bitume émulsionné deviendra un nouveau pavage qui sera compacté avec des rouleaux comme avec la méthode traditionnelle.


En plus d’être écologique, le recyclage à froid permettrait de créer un pavage qui serait plus résistant à plusieurs problématiques courantes que présentent nos chaussées actuelles : l’orniérage et les fissures.


Utilisation du BIM


Ce n’est pas uniquement dans le créneau des travaux civils où l’innovation peut faire sa place. Effectivement, l’utilisation du BIM, qui peut impliquer tous les aspects d’un bâtiment, peut être bénéfique pour toutes les sphères de la construction. Depuis quelques années, cette pratique devient de plus en plus populaire et fait de plus en plus ses preuves. Le BIM ou le Building Information Modeling, est un outil qui peut être utilisé durant tout le cycle de vie d’un bâtiment. Dès la conception, la modélisation 3D du bâtiment permet aux acteurs d’un projet d’avoir une meilleure compréhension dudit projet. Elle permet également une meilleure coordination entre les divers partis et ainsi éviter plusieurs surprises lors de l’exécution du projet (et par le fait même, diminuer les impacts sur les coûts et les échéanciers causés par ces surprises). Suite à cela, la maquette 3D peut être utilisée dans la gestion de la maintenance du bâtiment. Cela devient donc un outil puissant si bien utilisé.


Mais alors pourquoi ne pas les appliquer?


Comme dans n’importe quelle situation, apporter un changement majeur implique de l’ouverture d’esprit, la disponibilité des ressources matérielles et humaines, une période d’apprentissage et une période de transition. De plus, il n’y a pas que des avantages :

  • En ce qui concerne les travaux sans tranchées, les coûts des travaux peuvent s’avérer plus élevés. Toutefois, s’il était possible de quantifier les bienfaits autres que l’économie dans les coûts des travaux, tel que la réduction des entraves aux réseaux routiers, l’amélioration de la qualité de l’air ou la réduction des déblais de construction à gérer, il ne ferait pas l’ombre d’un doute que les impacts positifs seraient plus avantageux.


  • Il en est de même pour le pavage recyclé. Les coûts d’investissement seraient 25% plus élevés que lors de l’utilisation de la méthode conventionnelle. Cependant, dans ce cas-ci, puisque cette technologie engendre également des bénéfiques techniques, la durée de vie des chaussées se voit prolongée, donc l’investissement peut s’étaler sur une plus longue période.


  • En ce qui a trait au BIM, il est vrai que la période de conception est souvent plus longue qu’en utilisant la méthode traditionnelle, mais la coordination entre les parties sont optimisées et facilite ainsi l’exécution qui peut donc se voir moins longue qu’à l’habitude.



Aucune de ces embûches n’est insurmontable, mais un appui des donneurs d’ouvrages lors de l’implantation de ces innovations est parfois nécessaire pour les voir naître et ainsi devenir un nouveau standard dans l’industrie, donc le révolutionner. Il y a largement de place pour l’innovation dans l’industrie de la construction. Continuons d’avancer un pas à la fois!

5 vues0 commentaire