Rechercher

BP23 - Comment être un bon leader

Le terme ‘’leader’’ est perçu de manière distincte dans la société. Pour certains, un leader est une personne qui est en position décisionnelle. Pour d’autres, c’est une qualité innée que possède certaines personnes et qu’elles peuvent facilement mettre à profit. Pourtant, un vrai leader n’est pas toujours en position d’autorité et ne possède pas toujours cette compétence de façon inconsciente. Que ce soit dans le domaine de la construction ou un autre, le leadership est une vertu puissante lorsqu’elle est bien exploitée. Voyons voir comment il est possible de développer son leadership et comment l’appliquer.



Tout d’abord, la distinction entre le leadership et le management est importante. Les personnes occupant des postes de cadre ne sont pas nécessairement des leaders et il est fréquent de trouver un bon leader qui n’est pas dans une position décisionnelle au sein d’une entreprise. Un leader et un manager posent des actions différentes. Un leader est un meneur, un individu qui est capable d’influencer son entourage de façon naturelle. Un manager, quant à lui, a une influence sur son équipe par sa position hiérarchique que lui confère l’entreprise.


Il faut se défaire de cette idée que le leadership est inné et qu’il n’est pas possible de ‘’devenir’’ un bon leader. Pour ce faire, nous discuterons de certaines habiletés qui doivent être développer pour y arriver. Selon une étude réalisée par le CIOB (The Chartered Institute of Building), une association professionnelle internationale en leadership et management en construction, voici les 7 principales compétences que devraient avoir un bon leader :


- De fortes habiletés en communication;

- Être capable de prendre des décisions;

- L’intégrité;

- Posséder une bonne écoute;

- Une bonne compréhension de ce qu’il dirige;

- Une vision stratégique;

- Une bonne compréhension de l’entreprise.


L’étude souligne également que la qualité d’avoir de bonnes capacités en communication a été, de loin, le trait qui a été le plus nommé par les répondants.

Outre les 7 points mentionnés ci-dessus, d’autres aspects risquent d’influencer vos capacités de leadership :


- La confiance en soi : Il est impossible qu’une personne dépose sa confiance sur une autre si elle-même n’en a pas en elle;

- La visualisation : Un bon leader doit anticiper les problématiques, défis et opportunités tout au long d’un projet. Il doit se projeter pour ainsi mieux diriger les actions à prendre dans le présent;

- L’ouverture d’esprit : Puisqu’un leader doit toujours faire preuve d’imagination, ce dernier doit donc être capable d’accueillir de nouvelles idées et de les analyser. L’ouverture au changement est donc essentielle;

- Être prêt à montrer l’exemple : Un vrai leader sera une référence pour les personnes qui le suivent. Il faut donc être prêt à prendre cette responsabilité et être cohérent entre le discours et les actions;

- L’empathie : Ressentir de l’empathie envers son entourage améliore naturellement les relations, donc par le fait même, elle est un plus lorsqu’on décide d’améliorer ses habiletés de leadership;

- Savoir convaincre : Pour pouvoir rassembler de façon optimale une équipe entière en se fixant des objectifs communs, chaque individu doit croire au projet et pour cela le leader se doit de les convaincre que cela en vaut la chandelle.

En ayant entre les mains des compétences dans chacun de ces traits, le leader doit maintenant appliquer des gestes concrets pour mener son équipe. En voici quelques exemples :

- Prendre des initiatives;

- Déceler les forces de chacun et les mettre de l’avant pour deux raisons :

o Pour valoriser le talent de tous;

o Pour faire bénéficier le projet des aptitudes disponibles;

- Motiver son équipe;

- Montrer de la reconnaissance, non seulement à l’équipe, mais à tous les membres qui la constituent lorsqu’ils font des bons coups;

- Éviter les conflits, et ce même s’il est évident que les intérêts peuvent varier d’une personne à l’autre;

- Définir clairement les attentes envers les autres.


Toutefois, dans le domaine de la construction, même si chacune de ces compétences et actions sont appliquées à la perfection, il sera difficile de rallier une équipe à ses rangs si le savoir-faire n’est pas présent. Un équilibre entre le savoir technique et ce qu’on appelle les ‘’softs skills’’ est primordiale pour que tout cela fonctionne et ainsi pouvoir réellement faire une différence grâce aux habiletés en leadership.


8 vues0 commentaire